Wikileaks

Publié le par lereveilmondial.over-blog.com

Désinformation signifie « fausse information propagée délibérément dans le but d'influencer ou de confondre des rivaux. » Les gouvernements en usent pour induire en erreur et manipuler leur population, déclencher des guerres, faire chanter d’autres régimes. C’est l'arme suprême de la presse. La plus efficace désinformation est faite de mensonges aussi bien que de faits [réels]. Wikileaks, fondé par Julian Assange, colle idéalement, jusque dans la lettre, à cette description. Il est devenu du jour au lendemain l'une des plus grandes affaires de « divulgation » de l'histoire moderne.

Pourtant, en réalité, c’est le plus grands projets de désinformation de l'histoire, et sans doute le plus pernicieux car déguisé en entreprise de divulgation de vérités. Les informations fournies par Wikileaks ne sont pas neuves, pas révolutionnaires ; elles ne font pas autant de tort à la Zunie que les gens le pensent ; il s’agit de réalités parcellaires ; et elles sont surchargées d’autant de propagande que ce que pondent au jour le jour les médias sionistes. Quelqu’un bénéficie de cette propagande. Et ce quelqu'un est l’illégitime entité usurpatrice d'Israël. Le gouvernement israélien lui-même le pense (1).


Sur l’Afghanistan ? Des balivernes

Publiée plus tôt cette année par Assange sous la forme de plus de 92.000 documents, la première grande « fuite » concernait l'Afghanistan occupé. Ces documents comportaient des « dossiers secrets » sur des meurtres de civils par la Zunie et l'OTAN, avec des histoires sur Oussama Ben Laden, un croque-mitaine mort depuis longtemps, des bêtises sur les Talibans achetant des missiles air-sol, et beaucoup de mensonges sur l’ISI, l’agence de renseignement pakistanaise (2). Il n’y avait pas un seul document sur :

- la formation israélienne des Talibans (3),

- les énormes profits sur la drogue du Mossad (4), de la CIA (5) et des marionnettes zuniennes, Hamid Karzaï et son frère (6),

- les liens de Karzaï avec Unocal et le Sioniste criminel de guerre Henry Kissinger (7),

- les opérations affairistes clandestines israéliennes, mises en place pour prendre le contrôle des champs pétrolifères des pays voisins, au Turkménistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan (8),

- la mafia judéo-russe, entièrement protégée par l'entité sioniste, qui vend des armes aux seigneurs de guerre afghans soutenus par la Zunie (9).

Pourquoi ne mentionner aucun de ces faits et opérations extrêmement importants, dangereusement préjudiciables ? Parce que, ce faisant, ça compromettrait un régime israélien déjà condamné à l'échelle internationale.

Des journalistes, des blogueurs et des militants de l'Afghanistan occupé et de l'étranger ont fait des reportages sur le grand nombre de victimes civiles là-bas depuis le début de l'intervention zunienne, il y a plus de 30 ans. Wikileaks ne révèle rien qui n’est déjà connu ; il renforce seulement la propagande sioniste sur le « bien-fondé d’une guerre contre le terrorisme. »


Sur l’Iraq ? Des ânerie

Sous la forme de près de 400.000 documents, la grande « fuite » suivante de l'organisation d’Assange, qui a obtenu plus de notoriété que la précédente, concernait l’Iraq occupé. Tout comme la désinformation sur l'Afghanistan occupé, elle incluait :

- des « dossiers secrets » sur des massacres de civils par des militaires zuniens, la torture à laquelle se livrent le criminel de guerre Nouri al-Maliki et ses forces (que, selon Wikileaks, des responsables militaires zuniens auraient tenté de faire cesser) (10),

- les manquements du régime zunien à semoncer les Blackwater (XE) pour les massacres qu’ils commettent (11),

- des exécutions brutales par l’occupant zunien et britannique mélangées à d’autres inepties sur un Al-Qaïda fictif,

- des idioties sur l'Iran qui formerait des hommes de milices irakiennes et sur des drones iraniens survolant l'Irak (12), sur l’Iran se livrant à de la contrebande d’armes, de munitions et d'explosifs vers l’Irak (13),

- des accusations ridicules contre le Hezbollah, le mouvement de Résistance libanaise, qui formerait des Irakiens à l'art du kidnapping d'enfant (14),

- des attaques calomnieuses contre la Garde révolutionnaire iranienne, et d'autres affirmations absurdes sur la République islamique qui se livrerait au meurtre d’Irakiens innocents.

Les registres de Wikileaks sur la guerre d’Irak « révèlent » aussi le nombre de victimes civiles : 66.081 (15). Ils « dévoilent » par-dessus le marché que les armes irakiennes de destruction massive ont vraiment existé, que les troupiers ont trouvé des laboratoires d’armes chimiques, des toxines adaptées au terrorisme, et des caches d'armes chimiques (16).

Il n'y avait rien de « secret » dans le fait que les forces zuniennes et britanniques massacraient, torturaient et violaient des innocents en Irak occupé. Comme en Afghanistan, avec beaucoup plus d'efficacité que Wikileaks, des journalistes Irakiens et internationaux, des blogueurs et des militants ont signalé les assassinats de civils en Irak depuis le début de l'occupation illégitime. Les militaires zuniens n'ont pas tenté de faire cesser la torture pratiquée par la marionnette al-Maliki sur des Irakiens emprisonnés abusivement, ils y ont participé. Ils lui ont ouvert la voie après l’avoir approuvée. Ils en étaient les principaux fauteurs (17). Des prisons secrètes où les barbares zuniens torturent des Irakiens innocents sont en ce moment même toujours en activité (18). La Zunie a embauché des mercenaires de Blackwater pour instiller la peur et exécuter des actes de terrorisme contre le peuple irakien, bien évidemment elle ne les a pas grondés. L’armée terroriste privée du prince Erik ne faisait que ce que lui demandait le régime zunien.

Penser que le Hezbollah forme des miliciens étrangers pour se mêler aux affaires de l'État est démence pure ; Sayyed Hassan Nasrallah a lui-même déclaré à maintes reprises que, si le Hezbollah voulait renverser le gouvernement libanais, il l’aurait déjà fait (19). Ses objectifs (comme en témoignent ses actions), sont de protéger le peuple libanais, d’assurer sa sécurité et de défendre sa dignité. Le Hezbollah ne porte pas atteinte à son propre gouvernement, il est stupide de penser qu'il pourrait saper celui d'une autre nation. La propagande visant l'Iran est pathétique, il y a assez d'armes en Irak pour des éternités grâce au soutien zunien à Saddam Hussein (20), il n'est nul besoin que l'Iran fournisse en « contrebande » des armes aux milices irakiennes. Les drones volant dans le ciel irakien appartenaient à la répugnante entité sioniste, et non pas à l'Iran (21). Les autres accusations ressemblent à des machinations exhumées de quelque donjon de clubs de réflexion sionistes et de groupes de pression salivant à la destruction de la République islamique, et non pas à un travail de dénonciateur tentant de révéler la corruption pour propager la vérité. Ces accusations servent le dossier sioniste en faveur d’une frappe militaire contre l'Iran. Ces accusations poussent encore à la guerre, pas à la paix.

Wikileaks ne doit pas avoir récupéré la bonne note de service sur les victimes civiles en Irak occupé. 66.081 est loin du compte. Leur nombre a éclipsé la borne des 1,5 millions. Rien de moins que cela. Un nombre aussi faible, surtout avancé par Wikileaks, est une fausse déclaration classique, visant à protéger le régime zunien et ses sbires. C'est une insulte aux 5 millions d'orphelins irakiens et aux 5 millions de réfugiés irakiens. C'est une gifle aux morts irakiens dont les noms ne seront jamais connus parce qu'ils ont été réduits en cendres par la Zunie et l'armement israélien. Et l’idée que des troupiers zuniens auraient trouvé des armes de destruction massive en Irak, après que le mythe des armes de destruction massive irakiennes ait été déboulonné maintes et maintes fois en tant que propagande sioniste, est franchement exaspérante. Les seules armes de destruction massive en Irak sont les bombes mark-77, le phosphore blanc, et les milliers de tonnes d'uranium appauvri répandus à Bassorah, Bagdad et Falloujah par l'armée terroriste de Zunie et les agents du Mossad israéliens positionnés stratégiquement (22).


Sous le feu au nom d’Israël

Où sont les révélations sur :

- les 55 sociétés sionistes qui profitent du sang versé irakien ? (23)

- les objets volés en Irak par des agents sionistes ? (24)

- les centaines d'agents du Mossad opérant à Mossoul ? (25)

- les installations de fabrication de bombes du Mossad à Kirkouk ? (26)

- les assassins du Mossad en poste dans plusieurs villages autour de la région dévastée de Fallujah ? (27)

- les engins explosifs improvisés à embout d’uranium appauvri de l’entreprise sioniste Zapata Engineering, qui ont massacré des milliers de gens à Najaf, Karbala et Tal Afar, pour n’en nommer que quelques-uns ? (28)

- les marchands d'armes israéliens fournissant des armes aux escadrons de la mort formés par la CIA ? (29)

- le Sioniste criminel de guerre Paul Wolfowitz, introduisant des experts es torture du Shin Bet pour former l'armée zunienne ? (30)

- la conduite des interrogatoires du Mossad et la torture dans les geôles d’Irak, notamment à Abou Ghraib ? (31)

- les faits qui reliront la guerre illégale, conçue exclusivement par des Sionistes, à Israël ?

Il n’y en a pas parce que Wikileaks ne s’intéresse pas à démasquer les véritables criminels ; son but est d’éloigner le public de la vérité pour le manipuler. C’est un tout nouveau COINTELPRO* qui recommence.
[* Ndt : programme de contre-intelligence, de brouillage de la compréhension pour embobiner les gens dans un but précis].

La première divulgation de Wikileaks visait la République islamique du Pakistan. Cette opération avait pour objectifs de donner une crédibilité à la guerre criminelle illégale d’Obama, qui avec ses attaques de drones a tué plus de 1.000 civils (32), de soulever la possibilité d'une future occupation ostensible, et de dissimuler l'ingérence d'Israël dans les territoires afghans occupés. Il est capital de remarquer que la déstabilisation du Pakistan était un objectif sioniste, puisque David Ben Gourion, l’architecte de la Nakba, en avait fait la déclaration (33).

La deuxième diffusion de Wikileaks visait la République islamique d'Iran. L'objectif de cette opération était de calomnier deux des très rares entités sur Terre résistant à Israël, le Hezbollah et l'Iran, ainsi que de dissimuler les empreintes digitales sioniste partout dans le démembrement de l'Irak. En confirmant que le programme nucléaire iranien est de nature pacifique et ne concernait en rien des fins militaires, l'AIEA avait déjà contrecarré par inadvertance le projet sioniste d’attaquer l'Iran sur la base de prémisses nucléaires (34). Les experts sionistes es controverse (hasbara) ont besoin de tenter un nouveau truc ; grâce à Wikileaks, les accusations contre l'Iran du régime Bush sioniste ont refait surface sous couvert de « révélations. » C’est truqué.


Conclusion

Une note finale est nécessaire au sujet de Julian Assange, l'homme salué comme un combattant pour la liberté, un révolutionnaire et un ami du peuple opprimé.

Lors d’une récente interview, il a déclaré, « Quand nous arrivent de tous côtés des preuves d’intrigues réelles, pour la guerre ou d’immenses fraudes financières, ça m’ennuie constamment que des gens s’occupent de prétendues conspirations comme le 11/9. » (35)

Il est ahurissant qu’Assange soit agacé par ceux qui cherchent la vérité derrière les 1,5 millions d'innocents morts en Irak occupé, les 1,2 millions de victimes dans les territoires occupés Afghanistan, et les nombreux autres innocents, hommes, femmes et enfants, morts en Palestine occupée, au Liban, Pakistan, Yémen et en Somalie. Le 11/9 est tout sauf un faux complot. Des preuves accablantes montrent que des responsables zuniens et israéliens n’avaient pas que la connaissance anticipée de l'événement, et qu’ils l’ont planifié et mis à exécution. C'était une opération sous fausse bannière de la CIA et du Mossad, montée pour protéger l'entité sioniste de toute future menace militaire et étendre dans le monde entier la domination parasitaire de la Zunie et du régime illégitime de Tel Aviv par le biais d’une « guerre contre le terrorisme » d'inspiration sioniste (36).

Celui qui, oubliant délibérément les crimes israéliens dans les territoires occupés d’Afghanistan et d'Irak, insulte les chercheurs de la vérité derrière le 11/9, diffame le mouvement vertueux du Hezbollah, propage sur l'Iran une propagande qui parachève la campagne de diabolisation infligée à la République islamique par le lobby et les médias sionistes, n'est pas un combattant pour la liberté ; ce genre d’individu est un menteur et un propagandiste.

Comme une sorte de cadeau pour jour de fête, la toute dernière « fuite » de Wikileaks sur l'Irak occupé a été remise en bloc à plusieurs grands médias publics, notamment à Al-Jazirah, au New York Times sioniste, au Der Spiegel allemand qui a diffamé le Hezbollah dans le passé en accusant odieusement la Résistance de vendre des stupéfiants (37 ), au journal français sous contrôle sioniste Le Monde, qui a aussi diffamé le Hezbollah récemment (38) et à The Guardian britannique. Ce n'est pas une fuite. Ce n'est pas une révélation. C’est un communiqué de presse. Un spectacle médiatique. Un cirque servant à dissimuler les véritables crimes.

Ceux qui s’intéressent aux fuites réelles, et de surcroît au vrai courage, devraient lire l'histoire de Mordechai Vanunu. Il a dénoncé le programme nucléaire israélien et a passé les 26 dernières années en Israël, 18 années consécutives dans des prisons inhumaines et 11 ans en isolement (39).

Comme l'Afghanistan, l'Irak a été anéanti par le régime sioniste. En traitant de la destruction de ces nations, et du massacre de millions de leurs habitants, il est indispensable de comprendre les crimes commis pour démêler le rôle d'Israël. Toute personne ou institution omettant cela est un ignorant, un lâche ou un collaborateur. Ces gens n’ont pas de place dans la cause pour la restitution des territoires occupés aux peuples autochtones et la traduction en justice de leurs bourreaux.

En soutenant Wikileaks, vous ne luttez contre l'occupant. Vous n’honorez pas les martyrs. Vous ne luttez pas contre l'impérialisme. Et vous ne rendez pas ses coups à l'oppresseur. Vous aidez Israël et la dissimulation des activités de son réseau criminel. Wikileaks est une intox sioniste. Réveillez-vous.


Sources

(1) Wikileaks Reports Could Halt Iran's Nuclear Drive de Yaakov Katz, Jerusalem Post

(2) Wikileaks, Afghanistan and Pakistan de Muhammad Abdullah Gul

(3) Framing Pakistan: How The Pro-Israel Media Enables India's Surrogate Warfare de Maidhc Ó Cathail

(4) Intel Expert Says 9/11 Looks Like A Hollywood Show de Christopher Bollyn

(5) The Spoils Of War: Afghanistan's Multibillion Dollar Heroin Trade de Michel Chossudovsky

(6) Wikileaks Is Israel, Like We All Didn't Know de Gordon Duff, Veterans Today

(7) Profil d’Unocal sur History Commons

(8) The Great Game: The War For Caspian Oil And Gas de Christopher Bollyn

(9) Drugs For Guns: How The Afghan Heroin Trade Is Fueling The Taliban Insurgency de Jerome Starkey, The Independent ; Red Mafiya: How The Russian Mob Has Invaded America de Robert Friedman

(10) Iraq War Documents Shed Light On Civilian Deaths, Prisoner Abuse de David Wood

(11) Iraq War Logs: Private Militarization Run Amok de Pratap Chatterjee, The Guardian

(12) US Shot Down Iranian Drone In Iraq, Wikileaks Confirms de Adam Weinstein

(13) Leaked Reports Detail Iran’s Aid for Iraqi Militias de Michael R. Gordon et Andrew W. Lehren, The New York Times

(14) Wikileaks Tip Iran's Hand In Iraq de Samuel Segev, Winnipeg Free Press

(15) Iraq War Leaks: No US Investigation Of Many Abuses de Al-Masry Al-Youm

(16) Wikileaks Show WMD Hunt Continued In Iraq – With Surprising Results de Noah Shachtman

(17) Iraq Today: Afflicted By Violence, Devastation, Corruption And Desperation de Stephen Lendman

(18) Lawless Arrests, Detentions And Torture In Iraq de Stephen Lendman

(19) Sayyed Nasrallah: Bellemare, UN Protecting False Witnesses d’Al-Manar

(20) Ho Hum, More Wikileaks Chickenfeed de Gordon Duff, Veterans Today

(21) Israeli Drones Said Operating Over Iraq And Afghanistan de Yossi Melman, Haaretz

(22) The Zionist Murderers Of Iraq de Jonathan Azaziah

(23) Fifty-five Israeli companies said to be operating in Iraq under assumed names, de l’agence de presse Yaqen, traduction de Muhammad Abu Nasr

(24) Israel Hopes To Colonize Parts of Iraq as 'Greater Israel' de Wayne Madsen. En français : Le « Grand Israël » coloniserait une partie de l’Irak

(25) Facts Vs. Beliefs –Today’s Ancient Warfare de Jeff Gates

(26) Resistance Kills Mossad Agents In Iraq de The Egyptian Gazette

(27) Israel's Battle In Fallujah de Rashid Khashana, Al-Hayat

(28) Iraq IEDs: Mossad/Zapata Engineering Conspiracy? de Cloak et Dagger ; Israeli Made IEDs and US Zapata Engineering made IED Triggers Are Killing US, Canadian And NATO Soldiers de NB Gazette

(29) Israeli Officer Sells Weapons To Terrorists In Iraq de Press TV ; CIA Death Squads Operating In Iraq d’Henry Michaels

(30) Seymour Hersh And The Missing Zionist-Israeli Connection de James Petras

(31) Mossad Does Interrogations in Iraqi Jails: Human Rights Group de China Radio International English ; What Were Mossad Agents With Fraudulent New Zealand Passports Doing In Iraq? de Jerry Mazza

(32) US Drone Strikes Kill 18 In Pakistan de Press TV

(33) Mossad And India Spy Agency Team Up, Target Pakistan de Tariq Saeedi

(34) IAEA report: zero evidence of Iran nukes. US Orwellian corporate war media: Iran building nukes? De Carl Herman, Los Angeles Examiner

(35) Wanted By The CIA: The Man Who Keeps No Secrets de Matthew Bell, The Independent

(36) 9/11: Israel's Grand Deception de Jonathan Azaziah

(37) Hezbollah Denies Der Spiegel's 'Cheap Fabrications' d’Al-Manar

(38) Le Monde: A Group Affiliated With Hezbollah Takes Photos Of The Hague de NOW Lebanon

(39) The Woman From Mossad: The Story Of Mordechai Vanunu And The Israeli Nuclear Program de Peter Hounam


Original : www.maskofzion.com/2010/10/wikileaks-is ... oison.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

La source : http://www.alterinfo.net/Wikileaks-Une- ... KEN_RETURN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article