WASHINGTON (AFP) - Mme Clinton revendique le premier rôle mondial pour l'Amérique d'Obama

L'Amérique, forte de sa puissance et de ses valeurs de progrès, doit assumer sans complexe le rôle dirigeant d'une "nouvelle architecture mondiale" appelée à résoudre les problèmes de la planète, a plaidé mercredi la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Bravo, Madame Clinton : au moins vous annoncez la couleur. "Nous sommes les plus beaux, les plus forts, tout le monde se tourne vers nous..." sans vous poser la question de savoir si votre vision est réellement juste. Pour beaucoup, et de plus en plus de gens, les USA sont l'oppresseur, "le Grand Satan" pour être grandiloquent. Votre Droit n'est pas fort, c'est la Force qui impose votre Droit. Tous ceux qui ne sont pas vos esclaves sont contre vous (voir le Venezuela, l'Iran, Cuba...), et vous les traitez automatiquement comme des ennemis à abattre. Et si ce sont eux qui ont raison ?

 

Vous vivez en symbiose avec une Religion qui s'appelle l'Argent, le Profit, et vous tenez à l'imposer partout, en bonne prosélyte. C'est une position, malgré votre assurance, qui est résolument inadmissible. Vous vous croyez le Phare de l'Humanité ? La torche qui nous projette quelques rayons est rouge, de sang sans doute, et son éclairage est sinistre. Votre Nouvel Ordre Mondial (vous n'avez pas employé le mot, mais celui-ci est sous-jacent) ne peut apporter que le malheur, la désolation pour la grande majorité des humains. L'égalité et la fraternité sont le fondement de notre vivre-ensemble, fondement sur lequel peut se développer la liberté : vous ne connaissez que celle-ci, qui permet aux oppresseurs de continuer impunément leurs forfaits dans un Monde où les inégalités grandissent au lieu de se résorber.

 

L'Amérique est belle, c'est celle du Sud, celle où vous n'êtes pas, ou plus. Si le monde vous regarde, ce n'est pas avec espoir et reconnaissance, mais avec crainte et ressentiment. Vous n'êtes pas la solution, c'est vous le problème.